Ce que je crois, ce que je sais...

                                                                                                                   Jean-Marc Valerio

 

                     Invité à TEHERAN par l'Association Nationale et le Ministère de l'Agriculture
 

Pure la race Arabe?

 

 

 

                                       C'est la plus impure de toutes les races de chevaux.

 

Pourquoi?             Parce que la plus riche...

 

Disons qu'elle devient pure au sens idéologique du mot, lors de l'avènement de l'Islam, qui lui a donné une impulsion décisive en attribuant au cheval de guerre, lors des conquêtes de la guerre sainte, une part de butin identique à celle que recevait le guerrier,

ou bien lors de son importation par des éleveurs enthousiastes et la création de Stud-books en Pologne, en France, en Egypte, en Espagne, aux Etats-Unis d'Amérique, dans le Royaume Uni etc...

ou même lors de la création de la WAHO, voici déjà plus de 30 ans...

 

 

La race arabe s'est élaborée pendant des milliers d'années dans cette région du monde que traversaient toutes les voies commerciales et guerrières  de... et vers l'Asie, l'Europe et l'Afrique, dans cette région du monde qui a aussi donné naissance aux trois religions monothéistes source des valeurs de notre civilisation occidentale.

 

Comme les habitants de tous les points de passage obligatoires, les habitants de cette région vivaient, bien sûr, des ressources locales, mais aussi de droits de péages qu'ils prélevaient sur les caravanes en transit,

          droits de péage volontaires payés à des corps constitués (qui s'appellent aujourd'hui droits de douane),

          droits de péage que s'attribuent les groupes armés furtifs, capables de se servir en attaquant les caravanes, en particulier lors de leurs moments de faiblesse, par exemple lors de traversée du désert.

 

 

Dans tous les cas ces hommes avaient besoin de chevaux, de bons chevaux, aptes au combat, à l'attaque, à la fuite et à la vie nomade, donc très proches de l'homme. C'était une question de survie, de bien vivre.


Pendant des milliers d'années, ces passages ont donc laissé des traces, des idées, des techniques, des produits etc... des chevaux...

Ce cheval était un facteur si important, que tout ce qui pouvaient en améliorer la qualité était très recherché, même si la génétique ne garantissait pas le succès ; il est vrai que les siècles effacent les échecs, et la sélection conserve les réussites.

 

Oui, pendant des milliers d'années, des apports de gènes très différents nourrirent les élevages des bédouins de cette région, qui intégraient ainsi les apports de ces outcross.

Cette race arabe, qui courait ainsi le risque de perdre son homogénéité, s'enrichissait de force, d'énergie, d'intelligence, mais restait elle-même grâce à une absolue et continuelle double exigence:

 

œœ un cheval de guerre, dressé, athlétique, au service des tribus dominantes, au service des armées, ou cheval de rapines, d'attaques furtives, au service du banditisme, mais dans tous les cas œœ cheval de nomade, proche de l'homme, presque "civilisé", qui vit sous la tente et respecte le bébé endormi ou l'écuelle de lait, qui participe à la joie et à la tristesse de l'homme etc...

Peut-être d'ailleurs est-ce cette dimension "humaine" qui fait la qualité du cheval arabe.

 

La densité interne de la race se renforçait, l'enveloppe restait inchangée. C'est cette densité qui permet à la race arabe de dominer le temps, de se retrouver elle-même au 21ème siècle, malgré les pièges de la génétique, malgré les erreurs des éleveurs, malgré les modes...

 

 

Il est à remarquer que les passionnés de chevaux arabes, Princes Polonais, Vice-Roi d'Egypte, missions officielles françaises ou espagnoles, des sédentaires, se sont ressourcés chez les bédouins nomades, qui ont conservé, non seulement le cheval de guerre, mais aussi le cheval proche de l'homme,

 

 

Pure la race arabe?  

                                       La pureté réside dans la continuité de la sélection pendant des milliers d'années dans le même but, dans les mêmes conditions, d'un cheval aux qualités apparemment difficilement compatibles: d'une part la fougue, l'énergie, l'intelligence, la volonté, la tenacité, le sens de la victoire, et d'autre part le raffinement, la douceur, le désir de comprendre, la réceptivité, le désir d'aimer l'homme et surtout d'en être aimé.


Bien sûr, nous voulons tous de toutes nos forces, que les chevaux sensibles, intelligents, athlétiques, courageux etc... soient beaux, élégants, nous voulons que le lien fonctionnalité-beauté soit très fort, et c'est souvent le cas, mais pas toujours:

nous connaissons tous de très beaux chevaux qui sont stupides, veules ou incapables...

Cela est confirmé par la génétique: nous connaissons de très beaux chevaux issus de parents sans personnalité, et de très vilains poulains issus de champions de show!

 

 

Donc, tant que nous ne dominerons pas la génétique, si nous, hommes du 21ème siècle, désirons conserver les qualités, les qualités fondamentales, toutes les qualités qui ont fait du cheval arabe l'améliorateur de la plupart des races de chevaux de sport,

nous devons tout simplement faire ce que faisaient les bédouins,

 

vérifier à l'épreuve des épreuves leurs qualités, toutes leurs qualités, surtout celles que l'œil a du mal à déceler.

 

 

Aujourd'hui la vie nomade a pratiquement disparu; de plus les éleveurs occidentaux de chevaux arabes sont sédentaires; le cheval vit à l'écart de l'homme, au mieux dans une écurie et dans un paddock.

Il est facile à l'éleveur qui ne passe que quelques minutes par jour avec ses étalons, de supporter et d'oublier, lorsqu'il les a enfermés dans leurs box, des caractères difficiles, des sensibilités révulsées ou amorphes, des couardises non révélées.

Il peut même ne pas s'en rendre compte, tellement ces notions sont souvent éloignées de ses préoccupations d'éleveur du 21ème siècle!

 

Il faut une mise à l'épreuve qui teste les qualités à conserver... mais quelles épreuves?

 

Le sport a remplacé la guerre, le sport est beau et noble,

 mais quelles épreuves?

 

Déjà la course, sur courte et longue distance, qui était déjà un test chez les anciens nomades, test qui contrôle la qualité des tissus, du système respiratoire, circulatoire etc, l'influx, le courage, la volonté, bref un vrai test dur, efficace.


Puis toutes sortes d'épreuves à la mode, en gardant en tête que le cheval arabe est rarement lui-même supérieur au autres races dans leur spécificité (il ne galope pas plus vite que le Pur-Sang Anglais, il ne saute pas plus haut que le demi-sang ...) mais il est le seul à avoir des aptitudes pour tout, et à souvent améliorer les races spécialisées dans leur spécificité.

 

Son sport de triomphe serait un "Myriathlon équin", un "ARABiSSiMO",

 

des épreuves qui testent la relation avec l'homme, soit monté, soit à pied, épreuves de collaboration, d'interpénétration, de joie de vivre ensemble.

Certaines existent, mais notre époque est très fertile en nouveaux sports, laissons nos imaginations vagabonder.

Epreuve en liberté où l'homme aide le cheval à s'exprimer, à montrer le meilleur de lui-même, épreuve en liberté où le cheval et l'homme s'expriment ensemble, l'un en fonction de l'autre et témoignent de leur joie dans une chorégraphie parfois prévue, parfois improvisée!!!

 

Bien sûr, n'oublions pas le type, mais louons la beauté; elle a permis le développement de la race arabe depuis 25 ans, elle est le lien immédiat d'appréciation du cheval par l'homme!!!

 

 

 

Pour finir, une humble supplique aux Princes du Pétrole,

 

pour leur demander de rester des Princes du Désert,

pour leur demander d'aider le monde

 

          à conserver les valeurs de la vie nomade,

 

          à conserver des chevaux qui sachent "vivre l'homme",

 

                                                 qui sachent marcher dans le sable,

 

                                                 qui sachent regarder l'horizon,

 

                                                           prévoir la tempête,

 

                                                           et reconnaître un ami de la famille.

 

 

                                                                                              Jean-Marc Valerio, 1998


                                       **********

L'OEIL D'UN PUR-SANG ARABE   

 

 

 

Dans l'oeil d'un pur-sang arabe,

 

        tout l'amour,

                 toute la tendresse du monde,

        toute l'intelligence,

                 toute la fougue du guerrier du désert.

 

 

L'oeil d'un pur-sang arabe,

 

        il est grand, rond, exorbité,

                         avec une pointe pour la larme,

        il est bas sur la tête,

                         dégageant une grande capacité cérébrale,

        il est bien à l'extérieur de la tête,

                         pour d'un coup, embrasser le monde,

 

 

je dirais qu'il pense... le regard posé sur l'horizon,

 

 

" l'oeil est le miroir de l'âme "

 

 

                 Aurait-il donc une âme, mon pur-sang arabe?

 

                                                                                                                                                 Jean-Marc Valerio


 

                                                                  **********


 

Le cheval arabe qu'est-ce que c'est?

 

 

        Le cheval arabe, cheval de nos rêves, élevé depuis des millénaires, dont le sang se retrouve dans la plupart de nos chevaux de sport,

        le cheval arabe, sélectionné dans le désert.... pour la guerre par les tribus dominantes, ....pour les rapines et le brigandage par les insoumis, (il représentait pour ces hommes la richesse ou la destruction et l'asservissement),

 

 

        le cheval arabe est maintenu dans sa pureté originelle par de plus en plus d'éleveurs et d'amateurs, en France et dans le monde, qui apprécient sa beauté, son intelligence, sa générosité, son aptitude à tout faire, la qualité de ses rapports avec l'homme etc...

 

 

        L'un des élevages les plus prestigieux d'Europe, par le succès de ses reproducteurs sur quatre continents se trouve au Pays Basque français; venez y apprécier "le sang arabe", au travers de la centaine de ses représentants, dont la plupart sont champions internationaux ou géniteurs de champions.... dans différentes disciplines.

 

 

       Mais soyez réceptifs,

               regardez-les, écoutez-les, comprenez-les,

                                                          ils sont purs,

       pénétrez leur univers;

               vous trouverez,  sous un cerveau froid et réfléchi :

 

 

 

    un sang chaud qui bat dans des tissus exceptionnellement fins,

    une générosité à fleur de débordement, à fleur d'incompréhension,

    un désir d'être aimé à fleur de jalousie insupportable,

    une tradition de vie avec l'homme sous la tente, à fleur d'intelligence,

    une beauté féline, parfois équivoque, d'étalon à fleur de féminité.

 

 

 

C'est ainsi que les voit et les veut

celui qui les fait naître  depuis plus de 40 ans,